La question

#gestionrh #droitdutravail #gestiondustress
Je modifie ma question, que faire lorsque vous subissez des propos insultants, excessifs, de la part d'une collègue de travail.
Aux yeux et oreilles d'autres collègues du service et surtout de la direction?

1 réponse(s) — 0 commentaire(s)— il y a 2 ans

Commentaires (0)

Aucun commentaire

Réponse validée

Photo de profil de Zahia H.

Zahia H.

Directrice Ressources Humaines

34 ans

Votre réponse à la question : #gestionrh #droitdutravail #gestiondustress
Je modifie ma question, que faire lorsque vous subissez des propos insultants, excessifs, de la part d'une collègue de travail.
Aux yeux et oreilles d'autres collègues du service et surtout de la direction?
--------------------------------
Bonjour,

Les violences internes ou externes au travail sont des situations inacceptables.
Ainsi les articles L.4121-1, R.4121-1 du Code du Travail et suivants imposent à l'employeur de protéger la santé physique et mentale de ses salariés et prescrivent l'obligation de faire l'évaluation des risques professionnels, lesquels doivent être transcrits dans un document nommé "document unique d'évaluation des risques".
En conséquence, dans ce type de situation, il appartient à votre Direction de réagir en sanctionnant le salarié agresseur en vertu de non-respect du Règlement Intérieur de l'entreprise et d'intervenir auprès du salarié victime d'agression en appliquant les mesures du plan de prévention présent dans le Document Unique obligatoire.
S’il est établi qu’il y a eu harcèlement ou violence, des mesures adaptées sont prises à l’égard du ou des auteur(s). Le règlement intérieur précisera les sanctions applicables aux auteurs des agissements de harcèlement ou de violence.
S'il y a absence de réaction de la part de votre employeur, il vous appartient de porter plainte contre le collègue agresseur et également incriminer la non assistance de votre employeur (cf articles du Code du Travail précités, & Accord national Interprofessionnel sur le harcèlement et la violence au travail du 26 mars 2010).
La victime bénéficie d’un soutien et, si nécessaire, d’une aide à son maintien, à son retour dans l’emploi ou à sa réinsertion. Des mesures d’accompagnement prises en charge par l’entreprise peuvent être mises en œuvre en cas de harcèlement avéré ou
de violence, pouvant porter atteinte à la santé. Celles-ci sont avant tout destinées à apporter un soutien à la victime, notamment au plan médical et psychologique. S’agissant des agressions par des tiers, l’entreprise pourra prévoir des mesures d’accompagnement, notamment juridique, du salarié agressé.

Espérant avoir pu apporté un éclaircissement à votre problème,

Restant à disposition ,

Bien Cordialement,

Zahia HELLOU, DRH

— il y a 2 ans